25/07/2015

La campagne ou la ville ?

 

20150527_093733.jpg

Dire que nous ne sommes qu'à 200 mètres de Bruxelles...

Quand j'ai un peu de courage, je m'en vais dans ce coin là pour la promenade matinale de Benji, mon chien. Près de cinq kilomètres...

 

18/07/2015

Rangement désordonné

 

Rien de tel, quand on veut quelque chose, de le faire soi-même.

Hé bien, c’est ce que je me suis dit.

Je voulais arranger une grande chambre en bureau/dressing/atelier bricolage.

Du coup, à l’aide de ma petite foreuse/visseuse à batterie, je me suis attaqué à mes premiers trous afin d’installer ma première étagère. Sur 10 trous, 4 sont réussis. Je change de mèches… pour ça, j’ai de quoi avec la réserve que j’aie. Rien à faire.

Je me dis que c’est peut-être le mur, contre la fenêtre qui est plus dur. Je passe à la deuxième tringle 80 cm plus loin. 7/10. Pas folichon. Mais bon, ça tiendra.

Je décide que contre la fenêtre, se sera une étagère sur pied. NA !

Bon, faut quand même mettre une deuxième barre… je suis prête à abandonner.

Mon fils me conseil d’acheter une meilleure foreuse en deuxième main. Je vais dans le magasin adéquate qui commence par Cash et fini par Converters et je me plante devant le rayon présentant pas moins d’une bonne vingtaine de pièces dans des prix variés qui commencent à 30 euros.

Laquelle prendre ?

Je surveille un homme qui se tâte pour une scie circulaire… quand il s’éloigne, ayant pris sa décision, je l’interpelle et lui demande conseille.

Finalement, je prends la moins cher et comme il dit, si ça marche pas, je reviendrai acheter celle qui m’a tapé dans l’œil : Makita à 90€. J’ai déjà travaillé avec cette marque là, prêtée par un copain et j’adorais.

Je réattaque mes trous. Un peu mieux mais c’est toujours pas ça.

Finalement, en rencontrant mon voisin, il me dit que vu ce qu’il a entendu, je ne dois pas travailler avec du bon matériel.

Il me propose la sienne à 800€ à prêter mais je préfère aller changer pour mon coup de cœur et l’avoir à moi. Je m’en vais donc l’achetée et en même temps, je m’en vais chez un spécialiste du bricolage acheter tout ce qu’il faut en meilleur que ce que j’ai dans mon stock.

Rentrée à la maison, au premier trou que je fais, si je ne m’étais pas forcée à arrêter, je serais arrivée chez le voisin.

Le pied !!!

Du coup, je suis prête à me faire engagée pour faire des trous chez tout le monde. Qu’on se le dise !

Donc, je mets ma première planche et je commence à y ranger mes grosses boites. J’en prends une en main et, comme je parle souvent toute seule, je dis : « je ne sais pas ce qu’il y a dans celle-ci. Ah oui ! ça doit être de l’ordre désordonné ! »

 

Ben oui quoi ! J’y ai mis tous ce qu’il y avait sur mon bureau avant de le démonté ! 

09:45 Écrit par Glyciane dans La vie, au jour le jour, Photos | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/07/2015

J’adore mon jardin

Assise sur la terrasse, j’admire mon jardin. Il commence vraiment à me ressembler. Ça fait deux mois  que j’y travaille et ça commence à payer. En deux mois j’ai battu mon temps de présence dans mon coin nature que j’avais avant sur…les 25 dernières années !

J’y lis, j’y fais la sieste, je décore, et je jardine.

Bon, quand je dis que j’y travaille depuis deux mois, c’est bien sûr un peu plus compliquer. Depuis que je l’ai, je laisse tout pousser comme ça veut. Résultat, j’avais trop d’ombre sur ma terrasse. L’année passée, j’ai fait une tonte assez conséquente à ma foret vierge et surtout au lilas. Du coup, celui-ci ne pouvant plus pousser en hauteur s’est vengé sur la largeur et à empiété sur mes fraises des bois. J’y tiens à mes fraises en juin. Si petites et tellement goutteuse. Depuis deux mois donc, je mets de l’ordre dans toute cette végétation et voilà que ça paie. Demandez aux oiseaux et aux insectes. C’est devenu leur plaine de jeux.

Mes voisins ne peuvent même plus me voir derrière mes haies et j’ai assez de soleil pour m’offrir des séances de bronzage.

Mais tous les jardiniers vous le diront : y a toujours du travail dans un jardin.

 

Ma menthe (merci Ingrid), persil, ciboulette, livèche, roquette et sans le vouloir, mes pommes de terre poussent bien. Sans le vouloir car, mes patates ayant germées, je les ai jetée dans un bac pour faire du composte. Mais elles n’avaient pas dit leurs derniers mots et ont fait des petits à la pelle. Du coup, j’ai répandu tout ça et j’ai rajouté du terreau. Ça pousse !

07/07/2015

Le temps des barbecues

Préparer un barbecue, c'est un travail de patience. 

Pendant que je le fignole, je pense déjà à la joie que j'aurai ce soir en l'allumant.

 20150605_082754.jpg

20150605_083423.jpg

Le problème, c'est quand au moment de l'allumer, une drache nous tombe sur la tête. Mais j'ai l'habitude ! Trois fois que mon ami vient pour un barbecue et trois fois que la pluie s'invite. 

Reporté au lendemain. 

Mais CHUTT, faut pas le dire pour qu'en haut, ils l'entendent pas. D'ailleurs, quand on en parle entre nous, on a maintenant un code pour qu'ils comprennent pas. Et ça marche !

Le lendemain, j'attends le dernier moment pour débâcher mon barbecue tout prêt et surprise ! La bâche a laisser passer la pluie... J'ai plus qu'à recommencer ma préparation. 

Mais là-haut, ils n'ont quand même pas eu le temps de préparer l'averse habituelle !

On vous a bien eu !

09:54 Écrit par Glyciane dans La vie, au jour le jour | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |