29/05/2015

Nous sommes en sécurité

Devant l'OTAN

20150527_100103.jpg

15:26 Écrit par Glyciane dans Bruxelles, ma ville | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/05/2015

Decathlon Evere

BRUXELLESLe plus grand Decathlon du pays ouvre ses portes ce vendredi… sur fond de polémiques.

Avec 9.000 m2 pour 78 disciplines sportives représentées, le Decathlon d’Evere, qui ouvre aujourd’hui ses portes au public, est le plus grand du pays, et un des plus grands du monde. Le magasin situé avenue Jules Bordet, soit à quelques pas des installations de l’Otan, dispose par exemple d’une section pêche s’étendant sur… 73 m2. Un simulateur de golf et un goal de hockey permettant aux clients de tester les produits équipent également la grande surface.

La clientèle visée ? Les habitants du nord et de l’est de la capitale, et ceux de la périphérie flamande. Decathlon Evere devient ainsi le 23e magasin de la chaîne en Belgique. "Nous avons engagé comme managers des jeunes passionnés de sport, des sportifs de haut niveau, mais aussi des pratiquants hebdomadaires qui n’ont pas un niveau de compétition. Les jeunes qui débutent après les études sont vite amenés à avoir des responsabilités", explique Quentin Labrique, le directeur du magasin.

Reste qu’avant même son ouverture, le magasin everois a déjà fait parler de lui, mais pas de manière positive. C’est le ministre bruxellois de l’Emploi, Didier Gosuin (FDF), qui a tiré le premier. Celui-ci n’a pas caché son irritation face au manque de volonté d’engager des Bruxellois proposés par Actiris, alors que Marks&Spencer et Primark, qui viennent aussi d’ouvrir une boutique dans la capitale ont recruté de cette manière près de 90 % de leurs employés.

"Ils ont bénéficié de l’expertise de citydev.brussels pour trouver le site qu’ils occupent, mais en échange, il y avait obligation de signer une convention avec Actiris. Au final, seuls 12 employés sur les 110 ont été choisis via cette convention. On se pose donc des questions", explique Pauline Lorbat, la porte-parole du ministre.

Mais ce sont les 2.000 employés du Decathlon Belgique qui pourraient surtout gâcher la fête ce vendredi. Accusant l’entreprise de refuser tout dialogue social, les trois syndicats ont prévu une action de protestation en front commun le jour de l’ouverture. "Alors que d’autres projets de magasin sont dans les cartons, on doit marquer le coup", insiste Rocco Damore, le permanent CNE.

 

Source : la DH

 

16/05/2015

J’ai faim !

J’ouvre le frigo à la recherche de quelque chose à me mettre sous la dent. Rien ne m’intéresse… à part ce jambon fumé, mais c’est un gros paquet, et moi toute seule, je risque de ne  pas en venir à bout avant qu’il ne soit à jeté…

Mais mon fils revient de vacances demain, il pourra m’aidé… j’ouvre le paquet.

Je mets deux tranches dans la poêle et le fais frire. Je me prépare à manger mon maigre repas seule, dans mon bureau, sans appétit quand j’entends du bruit dans le hall d’entrée. Je descends voir et… surprise ! Mon fils est revenu un jour plus tôt !

 

Comme il me manquait…

08:43 Écrit par Glyciane dans La vie, au jour le jour | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/05/2015

Pub !

 

J’adore cette nouvelle pub sur le nettoyant super puissant.

Les poissons et viandes qui sortent du plan de travail, je raffole.

 

La prochaine fois que je passerai le chiffon sur celui de ma belle-fille (que j’aime), je la féliciterai pour son choix de produit. En effet, je n’ai jamais rien vu sortir de la sorte chez elle.

08:18 Écrit par Glyciane dans La vie, au jour le jour | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/05/2015

Rangement

Pour le moment, je range le grenier. Ce n’est pas une mince affaire puisque je retrouve des affaire de ma jeunesse et qu’elle est si loin maintenant.

Il faut jeter et ça, ce n’est pas ma tâche favorite.

Comme, en plus, j’ai très mal au dos, je dois me reposer souvent.

C’est ainsi que, descendant les bras chargés, je n’ai qu’une envie, c’est de m’assoir. Mais avant, il faut que je range ce que j’ai sauvé de la poubelle.

Je dépose de-ci, de-là quelques trucs et me voilà avec le dernier en main : un portrait de moi fait par un ancien copain.

Comme je ne veux pas le froissé, je me jette dans la dernière bataille pour trouver une punaise et l’épingler au mur juste au-dessus de l’autre portrait. Mais c’est un peu haut… il me faudrait un escabeau mais j’ai plus le courage d’aller le chercher. Tant pis, je tente.

En me haussant sur la pointe des pieds, je plante la punaise. Je sais qu’elle n’est pas au milieu mais en l’appuyant bien fort, elle pressera peut-être le papier assez fort pour qu’il reste droit…

Je retire mes mains et ça tient… quelques secondes… puis comme pour me faire un pied de nez, le dessin se penche sur le coté…

 

Bah ! ça tiendra ainsi jusqu’à ce que j’ai reposé mon dos…