17/04/2015

Une mère adorable !

Ça existe ?

Hé oui ! Et je l’ai vu de mes yeux autour de moi… mais pas chez moi.

Je pense que tout à commencé quand j’étais encore dans le ventre de ma mère. Ma grand-mère paternelle, n’ayant pas admis que son fils ait dû épouser ma mère parce que je pointais déjà le bout de mon nez, ne voulait pas me garder pour leur permettre de sortir au bal.

Du coup, quand j’ai divorcé, que j’avais mes deux fils avec moi, ma mère a reproduit le même schéma.

Si c’était pour me permettre de sortir qu’elle devait garder mes enfants, c’était « non » !

Mais j’avais toutes les ruses de sioux possible et je sortais quand j’en avais envie et ça, elle ne l’admettait pas.

Plus les enfants grandissaient et étaient en âge de comprendre, plus elle leur ressassait de méchantes choses sur moi : « votre mère ne vous aime pas », « elle vous abandonne », « elle s’amuse sans vous »…

Entre nous, pendant une bonne vingtaine d’année, ça n’a été que disputes et réconciliations. Jusqu’au jour où la goutte d’eau à fait déborder le vase et là, je me suis regardé en face et je me suis dit « il faut que tu te protège contre elle ».

Voilà 8 ans déjà que j’ai construit un mur entre nous. Il me permet de l’ignorer quand je la rencontre mais ne me préserve pas contre ses attaques par autres personnes interposée.

C’est ainsi que dernièrement, j’ai appris qu’elle racontait partout que c’était moi la cause du handicape mental de mon plus jeune fils. Il parait que pousser une voiture en panne d’essence quand on est enceinte rend un enfant caractériel renfermé et autiste. Le problème, c’est que la voiture, je l’ai poussée alors que j’attendais mon ainé.

 

Un boulevard entre nos deux habitations n’est pas assez pour me protéger…

13:51 Écrit par Glyciane dans La vie, au jour le jour | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.