14/02/2015

La superstition est un luxe.

Je ne pense pas être superstitieuse mais je n’aime pas le chiffre 13, j’évite de passer sous une échelle, mais quand je vois un chat noir, je ne peux m’empêcher de l’appeler pour lui donner une caresse.

Dernièrement, à la télévision, il y avait un débat pour savoir s’il fallait l’être ou pas.

Dans le froid de la Sibérie, vit un peuple nommé Nénètses. Ils sont superstitieux et il ne faut pas que les femmes passent derrière leurs tentes sinon tous les malheurs du monde leur arriveraient. Pourquoi ça se passerait-il ainsi que chez eux ? Pourquoi la superstition n’arriverait pas jusqu’ici ? Elle n’a pas d’intelligence, la superstition ! Pas de zones définies !

Alors imaginez tous les malheurs qui devraient nous arriver quand nous rentrons par le jardin dans la maison, ou par le garage quand il est derrière.

Mon fils a décidé que chez lui, habitant sur une chaussée très fréquentée, c’est trop dangereux d’entrer par devant. Ils passent donc toujours par l’arrière. Si à chaque fois, le malheur devait s’abattre sur ma belle-fille, ça se saurait déjà !

Hier, nous étions le vendredi 13. J’ai joué au Lotto et je n’ai pas gagné comme la plupart des gens et il ne m’est rien arrivé de fâcheux. J’évite de passer sous une échelle, mais si je n’ai pas la possibilité de l’éviter, je surveille que rien ne me tombe sur la tête.

J’en déduis que si on a envie d’y croire, tant mieux ou tant pis pour nous. Il y a des gens qui n’ont même pas la possibilité d’y croire tellement ils s’acharnent à rester en vie.

Finalement, c’est un luxe de pouvoir y croire.

09:42 Écrit par Glyciane dans La vie, au jour le jour | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.