03/10/2015

Rangement désordonné

Rien de tel, quand on veut quelque chose, de le faire soi-même.

Hé bien, c’est ce que je me suis dit.

Je voulais arranger une grande chambre en bureau/dressing/atelier bricolage.

Du coup, à l’aide de ma petite foreuse/visseuse à batterie, je me suis attaquée à mes premiers trous afin d’installer ma première étagère. Sur 10 trous, 4 sont réussis. Je change de mèches… pour ça, j’ai de quoi avec la réserve que j’ai. Rien à faire.

Je me dis que c’est peut-être le mur, contre la fenêtre qui est plus dur. Je passe à la deuxième tringle 80 cm plus loin. 7/10. Pas folichon. Mais bon, ça tiendra.

Je décide que contre la fenêtre, ce sera une étagère sur pied. NA !

Bon, faut quand même mettre une deuxième barre… je suis prête à abandonner.

Mon fils me conseille d’acheter une meilleure foreuse en deuxième main. Je vais dans le magasin adéquat qui commence par Cash et fini par Converters et je me plante devant le rayon présentant pas moins d’une bonne vingtaine de pièces dans des prix variés qui commencent à 30 euros.

Laquelle prendre ?

Je surveille un homme qui se tâte pour une scie circulaire… quand il s’éloigne, ayant pris sa décision, je l’interpelle et lui demande conseil.

Finalement, je prends la moins chère et comme il dit, si ça ne marche pas, je reviendrai acheter celle qui m’a tapé dans l’œil : Makita à 90€. J’ai déjà travaillé avec cette marque-là, prêtée par un copain et j’adorais.

Je réattaque mes trous. Un peu mieux mais c’est toujours pas ça.

Finalement, en rencontrant mon voisin, il me dit que vu ce qu’il a entendu, je ne dois pas travailler avec du bon matériel.

Il me propose la sienne à 800€ à prêter mais je préfère aller changer pour mon coup de cœur et l’avoir à moi. Je m’en vais donc l’acheter et en même temps, je passe chez un spécialiste du bricolage pour prendre tout ce qu’il faut en meilleur que ce que j’ai dans mon stock.

Rentrée à la maison, au premier trou que je fais, si je ne m’étais pas forcée à arrêter, je serais arrivée chez le voisin.

Le pied !!!

Du coup, je suis prête à me faire engager pour faire des trous chez tout le monde. Qu’on se le dise !

Donc, je mets ma première planche et je commence à y ranger mes grosses boites. J’en prends une en main et, comme je parle souvent toute seule, je dis : « je ne sais pas ce qu’il y a dans celle-ci. Ah oui ! ça doit être de l’ordre désordonné ! »

 

Ben oui quoi ! J’y ai mis tous ce qu’il y avait sur mon bureau avant de le démonter ! 

08:52 Écrit par Glyciane dans La vie, au jour le jour | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/09/2015

Qui que tu sois…

…sors de mon corps !

Quand j’étais encore étudiante, alors qu’il fallait que je me décide sur la direction de mes trois prochaines années d’études, sur les conseils avisés de ma mère, j’ai pris « coupe/couture ». C’est toujours bon à savoir quand on n’a pas d’argent pour se faire soi-même ses vêtements.

Moi, qui n’aimais pas la couture, j’ai supporté autant que j’ai pu la prof qui avait visiblement une dent contre moi.

Plus tard, mariée, mère, je n’ai presque jamais sorti une aiguille et du fil, et rarement la machine à coudre.

Alors, ce matin, voyant un trou dans un sac en tissu, qu’on trouve pour trois sous, sous les tapis roulants des grands magasins, que j’ai sorti mon attirail pour le réparer… je ne me suis pas reconnue.

 

Et quand le premier trou réparé, j’ai vu que deux autres ne tarderaient pas à percer, j’ai rangé mon aiguille et mon fil.

08:52 Écrit par Glyciane dans La vie, au jour le jour | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/09/2015

Le petit déjeuner

Y en a qui mange le matin en se levant, d’autre pas.

Y en a qui disent que c’est mauvais de le sauter, d’autre que c’est pas grave.

Y en a qui disent tellement de choses…

Moi, rien ne me fait envie quand je me lève… sauf le petit déj de chez Mère-Grand, dans la campagne française. De la crème de lait posée sur ma baguette avec du sucre.

Et je la voulais cette crème ! Au point de supplier mes parents de m’y conduire puis, quand j’ai eu l’âge de me débrouiller toute seule, de faire une dizaine de kilomètres en vélo pour aller la chercher.

Sur Bruxelles, il y a longtemps que j’ai fait une croix dessus et pourtant… hier, une idée lumineuse s’est pointée dans ma tête de blonde.

J’ai pris du lait entier, y ai ajouté de la crème fraiche et j’ai fait bouillir le tout.

Ce matin, je me suis offert un petit-déjeuner « Mère-Grand »

 

Très mauvais pour la ligne, ne pas abuser !!!

12/09/2015

Faire sa lessive

Après un voyage en Lituanie, où le progrès semble s’être arrêté pour certaine chose, l’envie de revenir à des façons de faire plus simple qui ne me quitte jamais est revenue s’imposer à moi avec violence… PAF !!!

Le filtre de ma machine à laver le linge étant cassé, et au lieu d’aller en racheté un nouveau (ce qui ne doit pas me ruiner à moins que, vu l’âge de la bête, il n’en existe plus), j’ai décidé de laver mon linge dans la baignoire.

De plus, comme je fais mon produit de lessive moi-même depuis plus de six mois, plus écologique et économique que moi, tu meurs !

Éprouvant pour le dos et les genoux qui ne sont déjà pas trop en forme (arthrose oblige) mais tellement naturelle. Pendant que je frotte le linge, je pense à ma grand-mère qui allait au lavoir avec sa brosse. Ces lavoirs qu’on voit encore parfois dans les anciens villages. Je ne dois pas me plaindre, la baignoire étant dans la maison, je n'ai pas de longs trajets à faire avec mon barda sur le dos. Et puis, vu que je n’essors pas aussi fort qu’une machine et que le linge ne sera pas chiffoner, je n’aurai même pas besoin de sortir le fer à repasser.

 

Du coup, avec les économies que je fais, je remplis ma petite boite « spéciale GSM » pour m’acheter celui de mes rêves. Ok ! À ce tarif là, je ne l’aurai pas pour Noël… Mais je me penche déjà sur d’autres économies possible… Je vais finir par choisir un GSM plus cher encore… à moins que mes articulations ne suivent pas...

05/09/2015

Un gout d’enfance

J’ouvre l’armoire et je choisis un grand verre. Un demi-litre, ça devrait aller.

Ensuite, derrière la porte voisine, je prends délicatement un pot en plastique  et le dépose sur la table, à coté de la chope. J’utilise les deux mains et je fais bien attention car ces temps-ci, j’ai tendance à tout laisser tomber et ça me déchirerait le cœur de perdre son contenant.

C’est qu’elle renferme un morceau de mon enfance cette boite.

À l’aide d’une cuillère, je dose la quantité de poudre à mettre dans ma boisson, sans en mettre trop comme on aurait tendance à faire avec les bonne choses, il faut épargner pour en profiter plus longuement, et j’ajoute le lait.

En tournant la cuillère et en regardant le mélange se faire, je me transporte à des dizaines d’années d’ici, je suis à l’école.

Mes parents donnaient l’argent pour le lait de 10h, mais par pour le cacao à mettre dedans. Et c’était toujours un déchirement de voir les autres boire leur lait chocolaté et apercevoir le restant brunâtre, perdu, dans le fond de la petite bouteille ( hé oui, de ce temps là, c’était encore les casiers en métal qui faisaient un bruit reconnaissable entre tous et dans lesquels étaient alignées les bouteilles en verre) qui m’aurait pourtant donné ce petit gout en plus.

Dès que j’ai été en âge de payer mes commissions toute seule, je me suis offert cette marque bien qu’elle soit la plus cher et depuis, il m’arrive régulièrement de me laisser tenter à nouveau.

Dernièrement, mon fils ainé revenant de Crête et ayant découvert que là-bas, ils vendaient la même marque, m’en a rapporté.

C’est donc doublement heureuse que je me concocte, ce soir, ce petit « digestif ».

 

 

09:15 Écrit par Glyciane dans La vie, au jour le jour | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/08/2015

éviter le gaspillage

Je me félicite chaque fois que je me lave les mains.

Depuis plus d'une année maintenant, j'ai mélangé un dixième de savon liquide pour les mains et le reste en eau dans un flacon poussoir.

Quand je me lave les mains, plus besoin d'ouvrir l'eau avant pour les mouiller. Je ne le fais plus que pour les rincer.
Et chaque fois, j'entends dans ma petite tête la musique du tiroir-caisse qui entasse mes économies.

22/08/2015

26 choses que les personnes créatives...

... font différemment

 Par Laurent Colinet  28 juillet 2015

 

La créativité fonctionne de façon mystérieuse. La pensée créative est un état stable, une caractéristique chez certaines personnes, mais elle peut aussi changer en fonction des situations. L’inspiration et les idées peuvent parfois venir de nulle part, puis disparaître sans aucune raison.

 

Chacun de nous est différent, surtout quand il s’agit de créativité. La pensée créative nécessite une cognition complexe, cela est complètement différent du processus de pensée.

Les scientifiques pensent que la créativité est plus complexe que la distinction entre le cerveau gauche et le cerveau droit. On n’a toujours pas une image complète sur le fonctionnement de l’imagination, malgré l’élaboration des processus cognitifs, des voies nerveuses et des émotions. Il est difficile de cerner les personnes créatives, car elles sont principalement complexes, paradoxales et évitent les habitudes et la routine. Une personne créative est non seulement un stéréotype de «l’artiste torturé », elle est compliquée.

« Il est réellement difficile pour les gens créatifs de se connaître, car le moi créatif est plus complexe que le moi non créatif », a déclaré Scott Barry Kaufman, psychologue à l’Université de New York qui a passé de longues années à faire des recherches sur la créativité, au Huffington Post. Il ajoute « Les choses qui se démarquent le plus sont les paradoxes du moi créatif … les personnes créatives ont des esprits plus désordonnés ».

Voici les 26 choses que les personnes créatives font différemment :

  1. Elles sont rêveuses

L’esprit errant peut aider dans le processus créatif.

  1. Elles observent tout

Les personnes créatives voient des possibilités dans à peu près tout et recueillent constamment de l’information.

  1. Elles travaillent lors de l’inspiration

Beaucoup de merveilleux artistes ont dit qu’ils font leur travail soit tôt le matin ou tard dans la nuit. Les personnes ayant une production créative élevée savent à quel moment elles peuvent travailler. Elles organisent leur journée selon ce moment de créativité.

  1. Elles sont solitaires

La solitude peut être la clé pour produire le meilleur travail. Pour être ouvert à la créativité, il faut avoir la capacité pour une utilisation constructive de la solitude. Il faut surmonter la peur d’être seul.

  1. Généralement, elles ne disposent pas d’un emploi « normal »

Leur créativité pourrait être freinée par un emploi qui ne les laisse pas faire ce qu’elles veulent en liberté.

  1. Les personnes créatives s’interrogent toujours

Les esprits créatifs s’interrogent toujours, de sorte qu’ils sont très actifs dans leur imagination. Ils se posent les petites et grandes questions de la vie.

  1. Elles n’ont pas peur d’échouer

Les gens créatifs ne voient pas l’échec comme une mauvaise chose. Ils savent que la seule façon de grandir est de faire des erreurs.

  1. Elles sont indépendantes

Les personnes créatives n’aiment pas qu’on leur dise quoi faire. Seules, elles travaillent mieux et se sentent confiantes sur leur chemin dans la vie.

  1. Elles sont audacieuses

Elles aiment vivre de nouvelles expériences, parfois, elles font des choses dangereuses pour se sentir en vie.

  1. Elles transforment leur douleur en une passion

Pourquoi beaucoup de chansons, poèmes, films et des histoires sont tristes ? Un artiste est une personne qui transforme sa douleur en passion. La douleur peut les inciter à transformer l’énergie négative de la douleur en quelque chose de positif.

  1. Elles n’ont pas peur d’être différentes

Les personnes créatives savent qu’elles sont différentes et cela ne leur fait pas peur.

 

  1. Elles ont des amis pour les élever et les inspirer

Les créatifs ne veulent pas être entourés de personnes qui ne disposent pas de grands rêves. Ils cherchent des amitiés pour partager leurs idées.

  1. Elles agissent avant de réfléchir

Cela est une prise de risque. Les gens créatifs font des choses sans réfléchir et sans penser à eux-mêmes.

  1. Elles disent oui 

Les créatifs disent « oui » à la vie parce qu’ils savent que cela peut être une opportunité pour eux. Ils font des choses quand ils ont peur ou quand ils ne savent pas quoi faire, et ils se rendent compte que l’élan couplé à une attitude positive peut créer un mélange de choses passionnantes.

  1. Elles ont une forte éthique du travail

Les gens créatifs peuvent travailler 15 heures ou plus dans une journée.

  1. Elles sont complexes

Elles savent que personne ne les comprend, mais elles ne s’en soucient pas.

  1. Elles s’ennuient dans la routine

Les créatifs aiment faire de nouvelles choses. Ils se sentent emprisonnés s’ils font la même chose quotidiennement.

  1. Elles se déplacent beaucoup

Une personne créative ne peut rester dans le même endroit tout le temps. Elle se déplace ou voyage souvent pour retrouver son énergie créative.

  1. Elles sont intuitives et émotionnelles

Beaucoup de personnes créatives sont très sensibles. Elles ressentent profondément les choses et expriment leurs émotions à travers leur travail.

  1. Elles ont le sommeil difficile

Une personne créative a un cerveau très actif, ce qui l’empêche de trouver le sommeil rapidement. Elle peut rester sans sommeil à cause du travail ou tout simplement pour avoir un moment de réflexion.

  1. Elles se soucient d’elles-mêmes

Si elles ne restent pas fortes, les personnes créatives ne seront pas en mesure d’améliorer leur travail et leur créativité. Elles essaient de suivre un régime alimentaire équilibré, pratiquer une activité régulière et méditer chaque jour.

  1. Elles observent tout 

Les personnes créatives regardent les autres, juste pour observer ou apprendre quelque chose de nouveau.

  1. Elles n’ont pas la notion du temps

Les gens créatifs se retrouvent souvent dans la « zone » qui est connue comme un état ​​de flux, ce qui les aide à créer davantage.

  1. Elles s’entourent de beauté

Les gens créatifs aiment être entourés par la beauté et l’amour, cela les inspire et les détend.

  1. Elles sont humbles et fières en même temps

Les créatifs sont prêts à apprendre. Ils sont toujours confiants et fiers de leurs idées et leurs créations.

  1. Elles procrastinent

 

Si vous donnez une date limite à un créatif, il va la respecter. Mais il fera 90% de son travail à la veille de l’échéance.

 

Source :

 

http://www.santeplusmag.com/26-choses-que-les-personnes-creatives-font-differemment/

15/08/2015

Brûlure

Ce matin, je me fais un café avec ma cafetière italienne cafetiere-italienne-bialetti-express-une-tasse.jpg

Ça bout… et au lieu de coupé la source de chaleur, je prends l’engin de ma main droite.

Et l’horreur !

Le café bouillant déborde et se renverse sur ma main.

Comme je ne veux pas tout salir en lâchant la cafetière, je prends encore le temps de la déposer alors que ça cuit sur mes doigts.


330px-Spice_%26_Herbal_Garden_-_Palapathwela%2C_Sri_Lanka_34.JPG

Aussitôt après, je mets les doigts atteint sous le robinet d’eau froide pendant 5 mn au minimum pour arrêter la cuisson. Dès que ça fait un peu moins mal, je coupe une feuille de mon aloe vera et je badigeonne les parties atteintes avec le gel qui se trouve au milieu des feuilles.

Après ça, je prépare de la gaze et des pansements et après avoir remis une couche de gel, j’emmaillote mes trois doigts atteint.

Il est maintenant presque seize heures et, les bandages enlevés, on ne voit plus qu’une petite tache un peu plus rouge sur un des doigts. Et surtout, je n’ai plus mal.

 

 Sources : cafetière, aloe vera wiki, les bienfaits de l'aloe vera, l'Encyclopédie de l'aloe vera

 

 

08/08/2015

Même pas peur !

Ce weekend, j’ai été voir les pandas, mais pas qu’eux. J’ai vu des girafes, hippopotames, tigres, singes… et oiseaux de proie.20150613_174024.jpg

Ces derniers ont donnés une représentation superbe. Je ne suis vraiment pas mécontente d’avoir pu admirer ça !

Ils volaient parfois au ras des têtes et quelques personnes ont eu peur. Surtout lorsque la dresseuse à commencé à jeter de la nourriture parmi le publique et que l’oiseau venait rechercher sans s’inquiéter des cris de stupeurs des gens. J’aurais bien aimé être dans la ligne de mire du rapace mais pas de chance…

 

J’ai eu juste peur pour mon fils. Un aigle est passé si près de lui qu’il lui a frôlé la joue de son aile. Mais ça va. Même pas eu peur !

01/08/2015

Un ami est décédé…

On est si peu de chose sur cette terre. On y arrive, on se fait une petite place dans le cœur des gens et  un matin, on est parti.

J’ai des regrets. Un jour, j’aurais pu lui accorder plus d’attention et maintenant, j’ai ce poids sur la conscience.

Du coup, je me dis que je dois faire plus attention à ceux qui restent mais parmi eux, pas un ne vaut ça.

Ceux que j’aime sont là, près de moi… alors tout va bien.

 

RIP l’ami.

11:40 Écrit par Glyciane dans La vie, au jour le jour | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/07/2015

La campagne ou la ville ?

 

20150527_093733.jpg

Dire que nous ne sommes qu'à 200 mètres de Bruxelles...

Quand j'ai un peu de courage, je m'en vais dans ce coin là pour la promenade matinale de Benji, mon chien. Près de cinq kilomètres...

 

18/07/2015

Rangement désordonné

 

Rien de tel, quand on veut quelque chose, de le faire soi-même.

Hé bien, c’est ce que je me suis dit.

Je voulais arranger une grande chambre en bureau/dressing/atelier bricolage.

Du coup, à l’aide de ma petite foreuse/visseuse à batterie, je me suis attaqué à mes premiers trous afin d’installer ma première étagère. Sur 10 trous, 4 sont réussis. Je change de mèches… pour ça, j’ai de quoi avec la réserve que j’aie. Rien à faire.

Je me dis que c’est peut-être le mur, contre la fenêtre qui est plus dur. Je passe à la deuxième tringle 80 cm plus loin. 7/10. Pas folichon. Mais bon, ça tiendra.

Je décide que contre la fenêtre, se sera une étagère sur pied. NA !

Bon, faut quand même mettre une deuxième barre… je suis prête à abandonner.

Mon fils me conseil d’acheter une meilleure foreuse en deuxième main. Je vais dans le magasin adéquate qui commence par Cash et fini par Converters et je me plante devant le rayon présentant pas moins d’une bonne vingtaine de pièces dans des prix variés qui commencent à 30 euros.

Laquelle prendre ?

Je surveille un homme qui se tâte pour une scie circulaire… quand il s’éloigne, ayant pris sa décision, je l’interpelle et lui demande conseille.

Finalement, je prends la moins cher et comme il dit, si ça marche pas, je reviendrai acheter celle qui m’a tapé dans l’œil : Makita à 90€. J’ai déjà travaillé avec cette marque là, prêtée par un copain et j’adorais.

Je réattaque mes trous. Un peu mieux mais c’est toujours pas ça.

Finalement, en rencontrant mon voisin, il me dit que vu ce qu’il a entendu, je ne dois pas travailler avec du bon matériel.

Il me propose la sienne à 800€ à prêter mais je préfère aller changer pour mon coup de cœur et l’avoir à moi. Je m’en vais donc l’achetée et en même temps, je m’en vais chez un spécialiste du bricolage acheter tout ce qu’il faut en meilleur que ce que j’ai dans mon stock.

Rentrée à la maison, au premier trou que je fais, si je ne m’étais pas forcée à arrêter, je serais arrivée chez le voisin.

Le pied !!!

Du coup, je suis prête à me faire engagée pour faire des trous chez tout le monde. Qu’on se le dise !

Donc, je mets ma première planche et je commence à y ranger mes grosses boites. J’en prends une en main et, comme je parle souvent toute seule, je dis : « je ne sais pas ce qu’il y a dans celle-ci. Ah oui ! ça doit être de l’ordre désordonné ! »

 

Ben oui quoi ! J’y ai mis tous ce qu’il y avait sur mon bureau avant de le démonté ! 

09:45 Écrit par Glyciane dans La vie, au jour le jour, Photos | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/07/2015

J’adore mon jardin

Assise sur la terrasse, j’admire mon jardin. Il commence vraiment à me ressembler. Ça fait deux mois  que j’y travaille et ça commence à payer. En deux mois j’ai battu mon temps de présence dans mon coin nature que j’avais avant sur…les 25 dernières années !

J’y lis, j’y fais la sieste, je décore, et je jardine.

Bon, quand je dis que j’y travaille depuis deux mois, c’est bien sûr un peu plus compliquer. Depuis que je l’ai, je laisse tout pousser comme ça veut. Résultat, j’avais trop d’ombre sur ma terrasse. L’année passée, j’ai fait une tonte assez conséquente à ma foret vierge et surtout au lilas. Du coup, celui-ci ne pouvant plus pousser en hauteur s’est vengé sur la largeur et à empiété sur mes fraises des bois. J’y tiens à mes fraises en juin. Si petites et tellement goutteuse. Depuis deux mois donc, je mets de l’ordre dans toute cette végétation et voilà que ça paie. Demandez aux oiseaux et aux insectes. C’est devenu leur plaine de jeux.

Mes voisins ne peuvent même plus me voir derrière mes haies et j’ai assez de soleil pour m’offrir des séances de bronzage.

Mais tous les jardiniers vous le diront : y a toujours du travail dans un jardin.

 

Ma menthe (merci Ingrid), persil, ciboulette, livèche, roquette et sans le vouloir, mes pommes de terre poussent bien. Sans le vouloir car, mes patates ayant germées, je les ai jetée dans un bac pour faire du composte. Mais elles n’avaient pas dit leurs derniers mots et ont fait des petits à la pelle. Du coup, j’ai répandu tout ça et j’ai rajouté du terreau. Ça pousse !

07/07/2015

Le temps des barbecues

Préparer un barbecue, c'est un travail de patience. 

Pendant que je le fignole, je pense déjà à la joie que j'aurai ce soir en l'allumant.

 20150605_082754.jpg

20150605_083423.jpg

Le problème, c'est quand au moment de l'allumer, une drache nous tombe sur la tête. Mais j'ai l'habitude ! Trois fois que mon ami vient pour un barbecue et trois fois que la pluie s'invite. 

Reporté au lendemain. 

Mais CHUTT, faut pas le dire pour qu'en haut, ils l'entendent pas. D'ailleurs, quand on en parle entre nous, on a maintenant un code pour qu'ils comprennent pas. Et ça marche !

Le lendemain, j'attends le dernier moment pour débâcher mon barbecue tout prêt et surprise ! La bâche a laisser passer la pluie... J'ai plus qu'à recommencer ma préparation. 

Mais là-haut, ils n'ont quand même pas eu le temps de préparer l'averse habituelle !

On vous a bien eu !

09:54 Écrit par Glyciane dans La vie, au jour le jour | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/06/2015

Laine d'autrefois

Ma grand-mère paternelle était accro aux tricots et crochets. Dans les trésors qu'elle a laissés derrière elle, j'ai trouvé ces pelotes de laine qui doivent avoir pas mal d'années. Ce qui est étonnant, c'est qu'en tentant d'aller chercher le bout du fil intérieur, j'y ai trouvé une bobine de fil de même couleur naturellement. Le chic du chic !

20150527_125647.jpg

20150527_125635.jpg

05:01 Écrit par Glyciane dans La vie, au jour le jour, Photos | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/06/2015

Le pigeon qui va faire ses courses

On trouve vraiment de tout dans les cours d'eau...

20150208_161802.jpg

06:00 Écrit par Glyciane dans La vie, au jour le jour, Photos | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/06/2015

Un gout d’enfance

J’ouvre l’armoire et je choisis un grand verre. Un demi-litre, ça devrait aller.

Ensuite, derrière la porte voisine, je prends délicatement un pot en plastique  et le dépose sur la table, à coté de la chope. Je fais bien attention car ces temps-ci, j’ai tendance à tout laisser tomber et ça me déchirerait le cœur de perdre son contenant.

C’est qu’elle renferme un morceau de mon enfance cette boite.

À l’aide d’une cuillère, je dose la quantité de poudre à mettre dans ma boisson et j’ajoute le lait.

En tournant la cuillère et en regardant le mélange se faire, je me transporte à des dizaines d’années d’ici, je suis à l’école.

Mes parents donnaient l’argent pour le lait de 10h, mais par pour le cacao à mettre dedans. C’était trop cher pour leur bourse. Et c’était toujours un déchirement de voir les autres boire leur lait chocolaté et apercevoir le restant brunâtre dans le fond qui serait perdus et m’aurait pourtant donné ce petit gout en plus.

Dès que j’ai été en âge de payer mes commissions toute seule, je me suis offert cette marque bien qu’elle soit la plus cher et depuis, il m’arrive régulièrement de me laisser tenter à nouveau.

Dernièrement, mon fils ainé revenant de Crête, ayant découvert que là-bas, ils vendaient la même marque, m’en a rapporté.

 

C’est donc doublement heureuse que je me concocte, ce soir, ce petit « digestif ».

05:05 Écrit par Glyciane dans La vie, au jour le jour | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/06/2015

Bricolage : étagère maison

20150526_091346.jpg

29/05/2015

Nous sommes en sécurité

Devant l'OTAN

20150527_100103.jpg

15:26 Écrit par Glyciane dans Bruxelles, ma ville | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/05/2015

Decathlon Evere

BRUXELLESLe plus grand Decathlon du pays ouvre ses portes ce vendredi… sur fond de polémiques.

Avec 9.000 m2 pour 78 disciplines sportives représentées, le Decathlon d’Evere, qui ouvre aujourd’hui ses portes au public, est le plus grand du pays, et un des plus grands du monde. Le magasin situé avenue Jules Bordet, soit à quelques pas des installations de l’Otan, dispose par exemple d’une section pêche s’étendant sur… 73 m2. Un simulateur de golf et un goal de hockey permettant aux clients de tester les produits équipent également la grande surface.

La clientèle visée ? Les habitants du nord et de l’est de la capitale, et ceux de la périphérie flamande. Decathlon Evere devient ainsi le 23e magasin de la chaîne en Belgique. "Nous avons engagé comme managers des jeunes passionnés de sport, des sportifs de haut niveau, mais aussi des pratiquants hebdomadaires qui n’ont pas un niveau de compétition. Les jeunes qui débutent après les études sont vite amenés à avoir des responsabilités", explique Quentin Labrique, le directeur du magasin.

Reste qu’avant même son ouverture, le magasin everois a déjà fait parler de lui, mais pas de manière positive. C’est le ministre bruxellois de l’Emploi, Didier Gosuin (FDF), qui a tiré le premier. Celui-ci n’a pas caché son irritation face au manque de volonté d’engager des Bruxellois proposés par Actiris, alors que Marks&Spencer et Primark, qui viennent aussi d’ouvrir une boutique dans la capitale ont recruté de cette manière près de 90 % de leurs employés.

"Ils ont bénéficié de l’expertise de citydev.brussels pour trouver le site qu’ils occupent, mais en échange, il y avait obligation de signer une convention avec Actiris. Au final, seuls 12 employés sur les 110 ont été choisis via cette convention. On se pose donc des questions", explique Pauline Lorbat, la porte-parole du ministre.

Mais ce sont les 2.000 employés du Decathlon Belgique qui pourraient surtout gâcher la fête ce vendredi. Accusant l’entreprise de refuser tout dialogue social, les trois syndicats ont prévu une action de protestation en front commun le jour de l’ouverture. "Alors que d’autres projets de magasin sont dans les cartons, on doit marquer le coup", insiste Rocco Damore, le permanent CNE.

 

Source : la DH

 

16/05/2015

J’ai faim !

J’ouvre le frigo à la recherche de quelque chose à me mettre sous la dent. Rien ne m’intéresse… à part ce jambon fumé, mais c’est un gros paquet, et moi toute seule, je risque de ne  pas en venir à bout avant qu’il ne soit à jeté…

Mais mon fils revient de vacances demain, il pourra m’aidé… j’ouvre le paquet.

Je mets deux tranches dans la poêle et le fais frire. Je me prépare à manger mon maigre repas seule, dans mon bureau, sans appétit quand j’entends du bruit dans le hall d’entrée. Je descends voir et… surprise ! Mon fils est revenu un jour plus tôt !

 

Comme il me manquait…

08:43 Écrit par Glyciane dans La vie, au jour le jour | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/05/2015

Pub !

 

J’adore cette nouvelle pub sur le nettoyant super puissant.

Les poissons et viandes qui sortent du plan de travail, je raffole.

 

La prochaine fois que je passerai le chiffon sur celui de ma belle-fille (que j’aime), je la féliciterai pour son choix de produit. En effet, je n’ai jamais rien vu sortir de la sorte chez elle.

08:18 Écrit par Glyciane dans La vie, au jour le jour | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/05/2015

Rangement

Pour le moment, je range le grenier. Ce n’est pas une mince affaire puisque je retrouve des affaire de ma jeunesse et qu’elle est si loin maintenant.

Il faut jeter et ça, ce n’est pas ma tâche favorite.

Comme, en plus, j’ai très mal au dos, je dois me reposer souvent.

C’est ainsi que, descendant les bras chargés, je n’ai qu’une envie, c’est de m’assoir. Mais avant, il faut que je range ce que j’ai sauvé de la poubelle.

Je dépose de-ci, de-là quelques trucs et me voilà avec le dernier en main : un portrait de moi fait par un ancien copain.

Comme je ne veux pas le froissé, je me jette dans la dernière bataille pour trouver une punaise et l’épingler au mur juste au-dessus de l’autre portrait. Mais c’est un peu haut… il me faudrait un escabeau mais j’ai plus le courage d’aller le chercher. Tant pis, je tente.

En me haussant sur la pointe des pieds, je plante la punaise. Je sais qu’elle n’est pas au milieu mais en l’appuyant bien fort, elle pressera peut-être le papier assez fort pour qu’il reste droit…

Je retire mes mains et ça tient… quelques secondes… puis comme pour me faire un pied de nez, le dessin se penche sur le coté…

 

Bah ! ça tiendra ainsi jusqu’à ce que j’ai reposé mon dos…

24/04/2015

Les vieux parfums…

…qui trainent dans les armoires, faut pas les jeter.

Quand vous avez une poubelle qui sent mauvais, un malotru qui embaume vos toilettes, une odeur persistante…, prenez un peu de papier WC ou une serviette en papier, vaporisez du parfum dessus et mettez là où ça pue. Je fais ça dans mon WC et dans mes poubelles depuis longtemps et enfin, je liquide ma réserve de parfums reçus pour un anniversaire, un nouvel an et qui m’encombraient depuis des années.

 

Qu’on ne me dise pas que mes poubelles sentent mauvais, elles sont parfumées  aux grandes marques !

17/04/2015

Une mère adorable !

Ça existe ?

Hé oui ! Et je l’ai vu de mes yeux autour de moi… mais pas chez moi.

Je pense que tout à commencé quand j’étais encore dans le ventre de ma mère. Ma grand-mère paternelle, n’ayant pas admis que son fils ait dû épouser ma mère parce que je pointais déjà le bout de mon nez, ne voulait pas me garder pour leur permettre de sortir au bal.

Du coup, quand j’ai divorcé, que j’avais mes deux fils avec moi, ma mère a reproduit le même schéma.

Si c’était pour me permettre de sortir qu’elle devait garder mes enfants, c’était « non » !

Mais j’avais toutes les ruses de sioux possible et je sortais quand j’en avais envie et ça, elle ne l’admettait pas.

Plus les enfants grandissaient et étaient en âge de comprendre, plus elle leur ressassait de méchantes choses sur moi : « votre mère ne vous aime pas », « elle vous abandonne », « elle s’amuse sans vous »…

Entre nous, pendant une bonne vingtaine d’année, ça n’a été que disputes et réconciliations. Jusqu’au jour où la goutte d’eau à fait déborder le vase et là, je me suis regardé en face et je me suis dit « il faut que tu te protège contre elle ».

Voilà 8 ans déjà que j’ai construit un mur entre nous. Il me permet de l’ignorer quand je la rencontre mais ne me préserve pas contre ses attaques par autres personnes interposée.

C’est ainsi que dernièrement, j’ai appris qu’elle racontait partout que c’était moi la cause du handicape mental de mon plus jeune fils. Il parait que pousser une voiture en panne d’essence quand on est enceinte rend un enfant caractériel renfermé et autiste. Le problème, c’est que la voiture, je l’ai poussée alors que j’attendais mon ainé.

 

Un boulevard entre nos deux habitations n’est pas assez pour me protéger…

13:51 Écrit par Glyciane dans La vie, au jour le jour | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/04/2015

Plus d’internet !

C’est la cata !

Que faire ?

Première coupure, je mange.

Deuxième coupure, j’ai plus faim. J’erre dans la maison quand mon regard croise celui de mon chien. Il lui faudrait une fameuse coupe lui. Du coup, je prends la tondeuse et j’attaque.

Pas certaine que toutou n’ai pas une dent contre le distributeur de réseau qui travaille sur l’installation de ma commune afin d’améliorer la réception.

Demain quand j’irai le promener, si les ouvriers sont dans les parages, je lui expliquerai discrètement à l’oreille que c’est eux les fautifs.

Quand tous les poils étaient ramassés et mis dans un sac pour la poubelle, je n’ai pu, comme d’habitude, me résoudre à les jeter. Maintenant que je sais qu’on peut les utiliser pour faire de la laine, j’en aurai peut-être un jour assez pour lui faire un manteau…

 

PS : La panne était générale dans la commune. J’ai l’impression qu’il va y avoir un pic de naissance dans neuf mois…

03/04/2015

Les "Joies" de la langue française

On écrit chariot avec un R, mais dans charrette, tout à coup, on met deux R !

De quoi se plaint-on (et là je parle de moi aussi !) quand on râle parce qu'on a des difficultés à apprendre une autre langue ???

18:34 Écrit par Glyciane dans Orthographe, dictionnaire | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

27/03/2015

Je ne me sens plus !

Je viens de ranger mes euros par pays et j'ai découvert trois pièces de 2 euros commémoratives dans ma collection. L'une vaut 6,40€, la deuxième 7€ et la troisième 7.5€. Quand je joue des jeux d'argent, que j'ai doublé ma mise, je retire avant de tout perdre.

Là, je me dis que ça ne vaut pas la peine pour recevoir un peu plus de 20€.

Mais l'autre partie de moi dit que ça fait toujours 3x + que ma mise du départ... Mes deux « mois » se disputent et j'ai peur que ça en vienne aux mains...

12:06 Écrit par Glyciane dans La vie, au jour le jour | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/03/2015

Dans une salle d’attente…

… d’hôpital, on trouve tous les genres de personnes.

Ça va de la dame pressée qui regarde sa montre constamment à celle qui est visiblement perdue, qui cherche où elle doit se rendre, sans oublier le gentil monsieur qui, à force de vous rencontrer fréquemment, vous fait un salut timide quand il arrive.

Mais ce lundi, il n’est pas au rendez-vous…

Du coup, en entrant chez le kiné, je demande de ces nouvelles.

Il va bien, mais, s’interroge le docteur, vous le connaissez ?

-         Non, mais à force de le cotoyer chaque lundi, je suis inquiète quand il n’est pas là.

 

Ce n’est pas parce qu’on est dans une grande ville qu’on ne doit pas s’occuper de son voisin ! Sauf quand il n’en vaut pas la peine…

11:59 Écrit par Glyciane dans La vie, au jour le jour | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/03/2015

Convocation à la banque

-       -  Bonjour Madame.

-       -  Bonjour Madame.

-       -  Nous vous avons contacté pour vérifier que vous êtes bien dans notre banque. Tout d’abord, connaissez-vous nos différents produits, comme les assurances ?

-       -  Justement, à ce propos, je pense qu’il y a une assurance liée à mon emprunt qu’il faudrait résilier.

Ses débuts sont mauvais.

Finalement, j’ai gardé l’assurance car elle est utile mais par contre, au lieu de 2,50€ de frais mensuel de tenue de compte, je sors avec une nouvelle carte de crédit prépayée et un nouveau compte qui ne me coûte plus que 1€ par mois.

Si ça ce n’est pas une affaire !!! Pour moi, bien entendu.

 

Mais bon, pour eux aussi puisque autrement, je partais à la concurrence gratuite aussi… mais sans carte de crédit.

11:58 Écrit par Glyciane dans La vie, au jour le jour | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |